Lorsque l’on contracte le paludisme, on se retrouve très souvent avec une carence en fer, ce qui provoque une anémie ferriprive. Quel lien y a-t-il entre le moustique et la carence en fer ? Comment traiter l’anémie ?

Dans le corps humain, le parasite se multiplie dans le foie et se métamorphose en plusieurs étapes. Il s’infiltre ensuite dans la circulation sanguine et envahit les globules rouges qui finissent par éclater, ce qui a pour effet de projeter les parasites dans tout l'organisme. Se déclenchent alors les symptômes du paludisme, dont la fièvre.

Par sa transformation et sa prolifération dans l’organisme, le parasite détruit donc de nombreux globules rouges. Or les globules rouges sont les cellules qui composent essentiellement le sang, permettant de véhiculer l’oxygène des poumons aux différents tissus du corps, d’alimenter les fonctions vitales et de permettre aux parties de l’organisme de communiquer entre elles, grâce à l’hémoglobine qu’ils transportent.

Lorsque le sang ne produit pas ou ne contient pas assez de globules rouges sains, les organes du corps manquent alors d’oxygène. C’est ce trouble qu’on appelle l’anémie. En cas de destruction de globules rouges, la quantité de fer dans le corps n’est pas suffisante pour produire à elle seule l’hémoglobine nécessaire. C’est pourquoi on associe bien souvent l’anémie à la carence en fer. Afin de soigner cette anémie, l’organisme a besoin de fer additionnel pour produire des globules rouges de meilleure qualité et en quantité suffisante.

Un premier moyen de prévenir ou de corriger une anémie ferriprive (relative à une carence en fer) est de renforcer son apport en fer grâce à l’alimentation. Parmi les aliments riches en fer, on retrouve :

Les aliments d’origine végétale

Pour accompagner viandes et poissons, pensez aux lentilles, aux pois chiches ou encore aux haricots blancs et rouges. Préparés en soupe ou à la vapeur, ces légumineuses vous laisseront délicieusement profiter de leur apport en fer. Equilibrez également vos repas avec du mil et du sorgho que vous pourrez consommer en farine et dont la teneur en fer est élevée. En Côte d'Ivoire, la farine de sorgho se prépare en bouillie ou en pâte consistante, appelée le "tôh", que l’on sert accompagnée d’une sauce.

Certaines feuilles de plantes que l’on cultive pour ne consommer que leurs tubercules, leurs fruits ou leurs graines ont également une bonne concentration en fer. On peut cuisiner les feuilles de manioc, de taro, de patate, d’arachide et d’épinard pour profiter de leur richesse en fer. Bouillies, ces plantes ont une teneur en fer plus importante.

Pour assaisonner vos plats, pensez au persil, sa teneur en fer et en vitamine C aide le corps à absorber le fer, ainsi qu’au thym, qui parfumera délicatement vos plats cuisinés.

Deux micro-algues particulièrement riches en fer

La spiruline contient l’une des plus importantes sources de fer du monde végétal. La chlorelle, quant à elle, est une micro-algue qui détient de nombreuses qualités nutritionnelles, dont une bonne teneur en fer.

Afin de soigner cette anémie, l’organisme a besoin de fer additionnel

Les aliments d’origine animale

Les meilleures sources de fer sont les abats, tels que le boudin noir poêlé, le foie et les rognons de porc, de poulet et de veau. Pour la viande rouge, privilégiez la viande d’agneau, plus précisément le gigot d’agneau, et aussi la viande de bœuf.

Si vous n’aimez pas les abats, une bonne alternative est de consommer le pâté de foie de volaille, du magret de canard ou encore du foie gras. Ceux qui préfèrent le poisson, pourront choisir du thon, des sardines, des harengs ou encore du maquereau grillé pour combler leur carence en fer.

Les épices, pour rehausser la teneur en fer

Pour relever davantage vos plats en fer, rien de mieux qu’une pincée de cumin, de curry, de gingembre ou encore de coriandre pour assaisonner vos recettes.

Les graines, pour agrémenter ses plats en fer

Pensez à saupoudrer vos soupes et vos salades de sésame noir et grignotez des noix de cajou à vos pauses goûter pour absorber plus de fer.

Fruits, pour activer sa consommation de fer

Les fruits sont bien moins riches en fer que les autres aliments mais si vous aimez les fruits, profitez de la saveur de la mangue, de la banane, de l’ananas, de la pomme, du corossol, des dattes et de l’avocat, qui contiennent des quantités de fer non négligeables.

Vous pouvez les déguster en salade de fruit avec un trait de miel, également riche en fer, afin d’augmenter la quantité de nutriments que vous obtenez. En cas de fringale, rien de mieux que quelques dattes, à consommer au goûter pour traiter votre anémie.

Rafraîchissez-vous également avec un bon jus de bissap (fleur d’hibiscus) et commencez votre repas du midi par un jus de tomate, riche en vitamines C, pour accélérer l’absorption du fer. Pour les petits plaisirs, quelques carreaux de chocolat noir à 70% vous apporteront également un supplément en fer.

Les alliés du fer

Certains effets permettent une meilleure absorption du fer non héminique par l’organisme :

  • La vitamine C (acide ascorbique), ainsi que l’acide citrique des agrumes ou l’acide malique des pommes stimule l’absorption du fer. Vous pourrez donc, commencer ou terminer vos repas par un agrume, tels que l’orange, la mandarine, le citron...
  • La cuisson augmente les effets du fer dans certains aliments, notamment les feuilles et les légumes.

Les ennemis du fer

Certains aliments peuvent altérer l’assimilation du fer. Il vaut mieux éviter ceux comportant du tanin, comme le thé, le café et le vin. Si vous ne pouvez pas vous en passer, il convient de consommer ces aliments loin des repas.