Il existerait des remèdes traditionnels pour traiter le paludisme. Même si les praticiens de la médecine moderne nient pour la plupart cette possibilité. Selon une étude de l’Institut de recherche et de développement (Ird), il existe au moins 35 remèdes traditionnels à vertus antipaludiques utilisés couramment par la population. Dans un rapport de l’Ird, ces plantes se sont révélées étonnamment actives. Elles sont donc tout de même efficaces pour aider à soigner la maladie mais seulement en complément d’un traitement médical classique. AfroSanté a parcouru le document.

Quassia amara, l’infusion salvatrice

Cette plante pousse dans les jardins guyanais, sénégalais, malien, gambien entre autres pays et, naturellement autour des habitations. La molécule est efficace contre le paludisme. La Quassia amara contient de la Simalikalactone D ou Sk ; son activité est aussi importante que celle de l’artémise (l’une des molécules les plus efficaces commercialisée aujourd’hui pour soigner le paludisme). Peut-être une réponse pour une des maladies causant le plus de mortalité au monde. Le rapport indique tout de même que cette plante ne se prend pas sans conseil de son médecin. «Attention à la forte dose, la plante peut devenir toxique et engendrer des convulsions et des douleurs stomacales. Ne pas utiliser pendant la grossesse et avant 15 ans.»

Mode d’emploi: préparer une tisane à la dose 10 feuilles fraîches entières (20 g) dans 1 litre d’eau et bouillir pendant 10 minutes, boire 1 à 2 tasses par jour.

Tisane d’Armoise, 7 jours de baraka

L’Armoise annuelle (Artemisia annua) est aussi efficace et existe pratiquement dans tous les pays africains. Elle fut utilisée en médecine chinoise traditionnelle pour traiter les fortes fièvres et la malaria (paludisme). La tisane à partir de 9 g de feuilles de la plante séchée peut servir de boisson à raison d’un litre de cette infusion pendant 10 à 15 jours. « Après 7 jours de traitement, la fièvre, l’état de fatigue, les douleurs dans les muscles et les nausées devraient disparaître», mentionne le rapport de l’Ird. Dans la littérature scientifique, trois études chinoises ont confirmé une efficacité à 100% lorsque les feuilles d ́Artemisia réduites en poudre sont utilisées et administrées directement en tant que poudre, ou mélangées à de l'́huile, ou encore concentrées en alcool.

CANNELLE, comme une dose de café

La cannelle est également l'un des remèdes efficaces à domicile pour soigner le paludisme. Vous pouvez faire bouillir une cuillère à café de cannelle en poudre grossière dans un verre d'eau avec une pincée de poudre de piment et le miel.

Le Citron, la température stable

Le citron existe dans les pays africains, et est en effet un remède efficace contre le paludisme. Le jus de citron frais extrait ajouté à l’eau tiède peut en effet calmer le paludisme, la fièvre notamment et les vomissements. Cela permettra d'éviter l'élévation de température au cours de la période initiale de la fièvre.

PAMPLEMOUSSE, une substance naturelle de quinine

Le jus de pamplemousse est également efficace dans le contrôle de l'intensité de l'infection paludéenne. Il est un grand remède à base de plantes pour le paludisme. Il contient une substance naturelle de la quinine dont les avantages peuvent être obtenus en faisant bouillir un quart de pamplemousse et de forcer sa pulpe.

D’autres fruits comme les oranges et les pommes peuvent également aider à la récupération des patients atteints de paludisme.

FEUILLES DE BASILIC, un soulagement contre la fatigue

Les feuilles de basilic sont considérées comme un remède à base de plantes pour diverses maladies, et le paludisme est l'un d'entre eux.

Mode d’emploi: Ecraser 12 à 15 feuilles de basilic et les presser sur un tamis pour en extraire le jus. Ajouter 1⁄2 cuillère à café de poivre noir en poudre au jus et bien mélanger. Boire ce jus trois fois par jour pendant les phases initiales de paludisme peut fournir le soulagement.

L’Argémone mexicana

De récentes études mettent en exergue sa réelle efficacité face au paludisme au moins identique aux médicaments habituels et fort onéreux, sans effets secondaires remarquables.

DATURA, contre la fièvre

Datura est une plante indienne qui est bénéfique dans le traitement du paludisme. Les feuilles de cette plante sont utiles dans le traitement de type tiers de la fièvre du paludisme.

Mode d’emploi: Prendre 2 1⁄2 feuilles fraîchement germées de cette plante et en faire une pilule en les frottant. Ceci doit être pris deux heures avant l'apparition du paroxysme sur une base quotidienne.

LE GINGEMBRE, la décoction

Ajouter un petit morceau de gingembre et de 2 à 3 cuillères à café de raisins secs dans un verre d'eau. Faire bouillir cette décoction jusqu'à ce qu'elle se réduise à moitié. Après refroidissement, le consommer.

ALUN, la prévention

L'alun est également très utile dans le traitement du paludisme. Vous pouvez rôtir alun sur une plaque chauffante et de la poudre. Le patient doit prendre 1⁄2 cuillère à café de cette poudre, quatre heures avant l'attaque prévue et 1⁄2 cuillère à café toutes les deux heures après l'attaque pour un soulagement immédiat.

GRAINES DE FENUGREC, contre la faiblesse

Ajouter un petit morceau de gingembre et de 2 à 3 cuillères à café de raisins secs dans un verre d'eau. Faire bouillir cette décoction jusqu'à ce qu'elle se réduise à moitié. Après refroidissement, le consommer.

CHIRAYTA, le thermomètre

Chirayta, nom botanique Swertia andrographis paniculata est une autre plante qui est connue pour ses bienfaits pour la santé. Il est très efficace dans le traitement de fièvres paludéennes intermittentes. Vous pouvez préparer une infusion de cette plante par trempage de15 grammes de chirayta dans 250 ml d'eau chaude avec 2 clous de girofle et 1 cuillère à café de cannelle en poudre pendant 2 à 3 minutes. Filtrer le liquide et boire 3 cuillères à soupe de ce mélange 4 à 5 fois par jour. Cela permettra de diminuer de façon significative la température du corps.

FIEVRE NUT

Les graines de la plante de la fièvre de noix sont considérées comme un remède efficace contre le paludisme. C’est une plante rare, mais elle peut être obtenue dans les magasins de fines herbes et conservée dans une spirale à l'emploi. Une dose de 3 grammes de ces semences doit être administrée avec une tasse d'eau deux heures avant le début prévu de la fièvre et une heure après. Cela permettra d'éviter l'apparition de paroxysme, mais si elle se produit, la même procédure peut être répétée pour couper court à la durée de la fièvre.

Mais jusqu’où ces plantes peuvent-elles être efficaces pour guérir le paludisme ? Comment mesurer le degré de fièvre, par exemple ? Il est clair qu’il y a des limites aux remèdes traditionnels. Principalement, la question du dosage se pose toujours. Surtout quand on sait que les organismes ne sont pas les mêmes.

Ainsi la médecine moderne émet des réserves quant aux remèdes traditionnels.