L’équilibre alimentaire étant l’une des clés du traitement du diabète, le diabétique doit faire attention à ses apports nutritionnels, mais plus encore quand il s’agit du sucre. Le pancréas ne jouant plus le rôle de régulateur du sucre dans le sang, c’est au diabétique lui-même de réguler sa consommation quotidienne. Mais déceler le sucre dans les aliments n’est pas aussi évident qu’il parait. Une grande partie des sucres que nous consommons aujourd’hui sont cachés dans des aliments qui ne sont pas considérés comme des sucreries (selon un rapport de mars 2015 de l’OMS). Le diabétique plus que quiconque doit apprendre à débusquer ce sucre, où qu’il se cache !

Il est important de savoir que pour l’hygiène alimentaire du diabétique, il n’y a pas que le sucre à prendre en compte. Tous les nutriments contenus dans les aliments qu’il mange doivent être ingérés à des doses bien précises.

Les protéines qu’on retrouve dans la viande, le poisson et les produits laitiers doivent constituer 15 à 20% de ses apports caloriques. Pour les lipides présents dans la charcuterie, l’huile, les chips, les frites, les viennoiseries, il faut 30 à 35% de ses apports caloriques ; et enfin, concernant les glucides contenus dans le sucre et les féculents, il faut 50 à 55% de ses apports caloriques.

Pour le cas des glucides qui nous intéresse ici, le diabétique doit veiller à ce que la quantité ingérée respecte la dose physiologique de la glycémie dans le sang : entre 0,7g et 1,1g par litre de sang.

Tout d’abord, le diabétique doit apprendre à reconnaître les différents types de sucre contenus dans les aliments, parce que tous les glucides n’agissent pas de la même manière sur le taux de la glycémie.

Deux grandes orientations ont été fournies par les nutritionnistes, afin de permettre aux diabétiques d’identifier le sucre qu’ils consomment : la théorie des sucres lents et des sucres rapides et le concept d’index glycémique.

Chers diabétiques, oubliez la théorie des sucres lents et des sucres rapides! Cette théorie longtemps utilisée pour indiquer aux diabétiques les aliments qu’ils doivent consommer, n’est malheureusement qu’une théorie.

En 1980 deux médecins canadiens David Jenkis et Tom Wolever ont démontrés par expérience que tous les glucoses sont absorbés par l’organisme dans le même temps : entre 25 et 30minutes. La théorie chimique des sucres lents et des sucres rapides ne correspond donc à aucune réalité physiologique.

David Jenkis et Tom Wolever ont alors cherché le moyen de comparer rigoureusement les glucides entre eux. Ils mettent au point l’index glycémique (basé sur l’expérimentation scientifique cette fois-ci).

Les nutritionnistes penchent de plus en plus vers l’abandon de la classification sucres lents/ sucres rapides.

C’est l’index glycémique qui est le moyen le plus fiable pour indiquer au diabétique le sucre à consommer.

Recherchez donc l’index glycémique du sucre contenu dans les aliments !

Pour connaitre l’index glycémique de chaque aliment, il suffit de se référer au tableau des index glycémiques dressée par le docteur Jennie Brand-Miller (professeur de nutrition humaine à l’Université de Sydney), qui a élaboré ce petit guide contenant l’index glycémique de plus de 700 aliments.

Maintenant qu’il sait quel sucre est contenu dans quel aliment en fonction de son IG, le diabétique doit adopter les habitudes suivantes :

  • Privilégier les aliments dont l’index glycémique est faible (inférieur à 40): Le diabétique doit faire la part belle aux fruits et légumes, avec une préférence pour les légumes qui ont les IG les plus bas (haricots, olives, oignons, poivrons, salades...). Il peut également se faire plaisir avec du yaourt nature ou de la ratatouille.
  • >Consommer modérément les aliments dont l’index glycémique se situe entre 40 et 60:
  • Les pâtes et le riz de façon générale, ainsi que certains fruits (pêches, pruneaux, raisins, mangues, ...)
  • Eviter le plus possible les aliments qui ont un fort index glycémique (Au-delà de 60): De façon générale, ce sont tous les aliments contenant de l’amidon ou du glucose pur. Le sirop de glucose se trouve naturellement en tête, suivi du sucre. L’alcool, la pomme de terre, la patate douce, le blé et les différents types de farines sont également à éviter.
Attention aux produits industriels !

Concernant le sucre pur, le diabétique doit éviter le plus possible la consommation de produits industriels où le sucre est utilisé comme conservateur ou pour améliorer la texture des produits. Les soupes et légumes en conserve dont les légumes sont déshydratés seraient indigestes sans le sucre. Certains yaourts aux fruits qui se targuent d’avoir 0% de matières grasses sont de véritables cachettes à glucides. Il est fortement conseillé de lire la valeur nutritive de ces produits (inscrit au dos de l’emballage) avant de les acheter pour éviter de se faire piéger.

Le sucre étant caché dans certaines associations d’aliments, les fast food sont également à proscrire des habitudes alimentaires.

Voici un tableau plus adapté à nos régions proposé par l’Association Obésité et Diabète de Côte d’Ivoire et la Fédération Mondiale du diabète.