Thématique

Paludisme

Comportement mortel!

Nous sommes choqués et apeurés devant les chiffres des victimes faites par les guerres, et le terrorisme.

Pourtant ces chiffres restent dérisoires devant le nombre de morts provoqués par un grand tueur que nous laissons aisément s’installer au sein de nos foyers: Le Paludisme.

Selon l’OMS, plus de la moitié de la population mondiale est exposé au paludisme. En 2015, 212 millions de cas dont 429 mille morts. L’Afrique, le continent le plus touché. Les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes les premières victimes. L’arme du crime étant le moustique, qui est donc le criminel ? Qui est le responsable de l’existence persistante de cette maladie mortelle ?

C’est NOUS ! Notre négligence nous incrimine de fait. Le moustique ne fait que transporter le parasite d’un individu à un autre. Si chacun d’entre nous faisait des efforts pour éviter d’avoir le parasite dans son sang : éviter de se faire piquer, mais surtout, de se soigner correctement lors d’une crise, il n’y aurait pas de transmission et donc de moins en moins de malades.

Le problème c’est que nous oublions trop souvent que cette maladie est dangereuse et mortelle. Pourquoi tout le temps attendre que le mal soit déjà fait pour réagir ?

Si les moustiques, par leurs piqures, pouvaient aussi transmettre le Sida, le Cancer ou l’Ebola serions nous plus vigilant ? Les changements de comportement peuvent être redoutablement efficaces face à l’ampleur des dégâts.

Nous devons tous les jours, cultiver les aptitudes à adopter de bons comportements.

Un style et une hygiène de vie saine. Pour prévenir et se prémunir.

Dans ce dossier d’AfroSanté vous retrouverez toutes les informations nécessaires pour agir en connaissance de cause sur vous-mêmes et servir de relais pour sensibiliser vos proches dans le bon sens de l’élimination du paludisme.

Nous devons nous approprier la lutte contre cette maladie mortelle et unir nos efforts pour la vaincre.

L’équipe Afrosanté.


MALKOUN Jean-Pierre, Naturopathe et Herboriste

"J'attire les moustiques et je me fais piquer souvent. Quels remèdes naturels pourrait m'aider à ne plus me faire piquer?"En général un mélange d'huile essentielle de citronnelle et d'arbre à thé (tea tree) dans 20ml d'huile de neem et 80ml d'huile de coc

Lire la suite

Les meilleures attitudes face aux affections de la peau

Démangeaisons, tâches noires, boutons sont autant de réactions cutanées et d’allergies, conséquences de piqûres de moustiques. Mais il existe des solutions simples et efficaces pour se débarrasser des affections de la peau. Trucs et astuces de AfroSanté contre ces dermatoses.

Lire la suite

Le changement de comportements pour vaincre le paludisme

Pour les autres maladies comme pour le paludisme, le traitement médical va avec une approche psychologique. L’un renforce l’autre. Dans l’espérance et l’assurance d’une vie meilleure, un bel état d’esprit prédispose l’organisme qu’il rend plus réceptif à la prise en charge médica…

Lire la suite

Les incroyables vertus de la nature

Il existerait des remèdes traditionnels pour traiter le paludisme. Même si les praticiens de la médecine moderne nient pour la plupart cette possibilité. Selon une étude de l’Institut de recherche et de développement (Ird), il existe au moins 35 remèdes traditionnels à vertus ant…

Lire la suite

Reprendre des forces après le Palu

Lors d’une crise de palu, la personne ressent une fièvre qui peut s’accompagner d’une grande fatigue, de maux de tête, de douleurs musculaires, de douleurs abdominales, des vertiges, des nausées, d’une perte d’appétit, d’un affaiblissement voire une baisse de forme, surtout chez …

Lire la suite

Le FASO SOAP: prévenir le paludisme au quotidien à bas prix ?

Récompensé dès 2013 par un prix universitaire américain, le projet FASO SOAP, initié par deux étudiants burkinabé ( Moctar DEMBELE) et burundais (Gérard NIYONDIKO) de l'Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2IE) situé à Ouagadougou au Burkina Faso, s…

Lire la suite

Le paludisme chez les personnes âgées

C’est une limite biologique, une loi de la nature : avec l’âge, on s’affaiblit naturellement. En vieillissant et déclinant, les personnes du troisième âge sont davantage exposées aux maladies et plus que jamais vulnérables. Une vulnérabilité pouvant entraîner des formes de paludi…

Lire la suite

Suivez-nous

Commentaires récents